top of page

OTAGES NIGERIA - Environ 22 personnes enlevées par des bergers fulani


Cet enlèvement a commencé le 1er avril 2023 avec environ 18 personnes enlevées. Le 2 avril, trois autres personnes ont été enlevées et le 6 avril, des cyclistes ont été leurs victimes.


Ces bergers fulanis sont soupçonnés d’être autour de la frontière et seraient lourdement armés. Le motif de ces enlèvements récurrents n’est pas encore connu. Pour l’instant, les autorités locales de la région du Nord-Ouest affirment ne pas savoir où se trouvent les personnes enlevées, mais elles travaillent d’arrache-pied pour s’assurer que les personnes retenues en otage soient libérées.


Des villages comme Buku, Abbafum, Ndaka, Akwenko, Abuenpka et Ande sont touchés. Le maire de la sous-division d’Ako, Godlove Nkenyan Kwai, affirme que les ravisseurs ne communiquent pas avec les autorités. Ces enlèvements répétés ont forcé de nombreux villageois à migrer vers les villages voisins pour y trouver refuge.


Les cyclistes au cœur de la ville d’Ako, dans la division de Donga Mantung, dans la région du Nord-Ouest, sont en colère et ont entamé une grève pour réclamer la libération de leurs collègues.


« Le fait d’enlever des villageois et de ne pas communiquer avec les autorités rend la situation extrêmement difficile à gérer. À l’heure actuelle, nous ne savons rien de l’endroit où ces bergers peuls ont emmené ces villageois, ni du motif de leur enlèvement, et la situation du réseau dans la communauté d’Ako n’est pas des meilleures. Nous sommes désorientés, ne sachant pas où et comment commencer les recherches, ni ce que veulent vraiment ces bergers. Nous prions pour qu’ils puissent communiquer avec nous« , a déclaré le maire d’Ako, Godlove Nkenyan Kwai. « Ces hommes ont emmené avec eux certains de nos collègues (cyclistes) et nous, les cyclistes de Donga Mantung, sommes unis ; nous ne pouvons donc pas rester les bras croisés pendant que nos frères souffrent. Aujourd’hui, nous craignons non seulement l’inconnu, mais aussi les Peuls du Niger. Nous menons une grève pacifique, ce qui signifie que les vélos ne circulent pas« , a ajouté Thomson Limnyuy, un motocycliste. « Nous sommes vraiment en difficulté ici dans le Nord-Ouest. Nous subissons tous les revers de la médaille. Alors maintenant, au milieu de la crise anglophone qui nous a laissé dans la peur, nous avons maintenant un autre problème à gérer. Nous ne savons même pas pourquoi ni ce qu’ils font à nos proches. Le pire, c’est que personne ne sait où ils les ont emmenés, pas même les autorités. Si l’on ne fait pas attention, c’est la guerre qui s’annonce, car ces bergers peuls reviendront sans cesse pour enlever d’autres personnes et bientôt, même nos jeunes enfants seront impliqués« , a déclaré Rosemary Njuaka, une habitante de l’un des villages ciblés. (...)


2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page